Emission Control
Product Recovery
  • Schémas
  • Solution
  • Études de cas
  • Références
En matière de contrôle des émissions de matières particulaires (MP) dans des flux d'échappement à haute température, tels que ceux de chaudières et d'appareils de chauffage à charbon ou biomasse, les dépoussiéreurs courants, tels que les cyclones et multicyclones ne sont pas en mesure de respecter les limites d'émission actuelles. Ceci est principalement dû à leur faible efficacité, particulièrement pour les petites particules (<10µm). Afin de respecter les limites d'émission, il faut généralement investir dans un dépoussiéreur de phase finale.
Les filtres à manches (FM) sont des dépoussiéreurs très efficaces. Ils peuvent également exiger un entretien très important, nécessitant un nettoyage régulier et de nouveaux éléments filtrants. Les chaudières à charbon et biomasse libèrent fréquemment des particules enflammées qui endommagent les éléments filtrants et conduisent à une augmentation immédiate des émissions. Résoudre ce problème signifie dépenser de l'argent et des arrêts de production.

Les précipitateurs électrostatiques (ESP) sont très efficaces pour une gamme donnée de résistivité de la poussière. Cependant, l'efficacité diminue souvent en dehors de cette gamme en raison des changements de température. Les coûts d'adaptation d'un ESP ou de changements de processus sont hors de portée pour de nombreuses entreprises.

Les épurateurs Venturi sont une bonne alternative aux dépoussiéreurs de phase finale, si l'infrastructure pour traiter l'effluent liquide est déjà en place. Dans le cas contraire, le coût de la pollution secondaire humide limite leur utilisation.

Les besoins du client comprennent un système de dépoussiérage final très efficace à un prix raisonnable, assez robuste pour fonctionner pendant plusieurs années sans coûts importants d'exploitation ou d'entretien et en évitant les temps morts de production.
Montrer tout